La Plume Libre Archives

La Plume Libre Archives

Retrouvez toutes les archives de La Plume Libre.

Vol Egyptair : attentat, suicide, explosion... 3 hypothèses possibles

Vol Egyptair : attentat, suicide, explosion... 3 hypothèses possibles

Un Airbus A320 de la compagnie Egyptair effectuant la liaison entre Paris et Le Caire a disparu des écrans radars, jeudi 19 mai. Depuis, des débris ont été localisés au large de la Crète. Que s'est-il passé ? Éléments de réponse avec Jean-Baptiste Djebbari, ex-pilote de ligne et expert en aéronautique.

 

Le doute subsiste autour du vol MS804 d’EgyptAir, d’autant que des informations contradictoires circulent à ce sujet. Deux éléments semblent être confirmés : l’appareil a disparu des écrans radars jeudi 19 mai et des débris ont été localisés au large de la Crète.

 

Perte de communication

Lorsqu’il a disparu des écrans radars, l’avion volait à 37.000 pieds, ce qui correspond à une altitude de croisière. Il se trouvait au-dessus de la mer, une zone ou la couverture radar est habituellement bonne. L’appareil a ensuite chuté de 22.000 pieds, en faisant deux virages en descente anormalement prononcée.

Cette perte de communication peut être liée à un problème technique, ou à l’action d’un pilote, qui aurait coupé le transpondeur, ce fameux boîtier qui envoie des informations aux contrôleurs aériens.

Elle peut être également la conséquence d’une attaque par un tiers ou d’une explosion, pendant laquelle le boîtier aurait été détruit.

 

3 scénarios envisageables

Pour l’heure, aucune hypothèse concernant les circonstances de la disparition de cet appareil ne peut être écartée. Trois scénarios sont envisageables :

 

1. Un des pilotes s’est suicidé. Cependant, ce scénario n’expliquerait pas pourquoi l’avion a disparu des écrans radar ;

 

2. Le contrôle de l’avion a été pris par des tiers. Il pourrait donc s’agir, dans ce cas, d’une attaque terroriste ;

 

3. L’appareil a subi une explosion, due, par exemple, à un explosif à bord ou au transport de marchandises dangereuses, qui sont pourtant strictement contrôlées.

 

L’hypothèse du problème technique peut être envisagée, car aucune compagnie n’est à l’abri d’un défaut de maintenance, mais Egyptair a une bonne réputation : elle dispose d’avions récents – l'avion en question date de 2003 – et fiables – un Airbus A320, dans le cas présent.

Ces trois scénarios nous amènent à une première conclusion : l’avion a subi un événement brutal, ce qui pourrait expliquer pourquoi la compagnie affirme n’avoir reçu aucun signal de détresse.

 

Un événement brutal

Ce signal de détresse est normalement déclenché manuellement par l’équipage, mais peut également être le fruit d’un impact au sol.

Lorsqu’il y a un problème à bord d’un avion, l’équipage cherche à en identifier les causes. S’il s’agit d’un souci technique, il applique une procédure, qui se présente sous forme de check-list, avec des actions précises à suivre.

Pendant ce temps, les équipes au sol peuvent identifier, sur l’écran radar, l’endroit où a été localisé l’avion pour la dernière fois. Elles doivent ensuite évaluer, à l’aide de plusieurs paramètres tels que la vitesse ou encore les conditions météorologiques, et grâce à la triangulation électromagnétique, la zone possible d’impact. Les équipes de secours sont ensuite envoyées sur place.

À ce stade, il est normal d’être dans l’incertitude, même si des débris ont été retrouvés au large de la Crète. Il faut donc rester prudent. Néanmoins, il semble évident que l’appareil a subi un événement brutal.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article